27 janvier 2020

Les derniers nomades

Natela Grigalashvili

< >

Maiko, 30 ans, prépare le café pour les invités dans sa maison de Ghordjomi, un des plus hauts villages de la montagneuse République autonome d’Adjarie, en Géorgie. La mère de famille appartient à une communauté nomade qui vit principalement de l’élevage. Quatre fois par an, ses membres se déplacent à la recherche de pâtures pour le bétail. Du printemps à la fin de l’automne, les familles s’installent sur les hauteurs dans des « yailas », des petites maisons de bois. « Maiko vit à l’ancienne : elle prend soin du foyer, trait les vaches, cuisine, fabrique du fromage, du beurre… », raconte la photographe géorgienne Natela Grigalashvili.


Les difficiles conditions de vie de ces familles menacent chaque jour un peu plus leur mode de vie. Écoles, hôpitaux, routes… La région des nomades, très peu peuplée, est dépourvue d’infrastructures. Les villages endurent de fréquentes coupures d’électricité et, pendant l’hiver, ils sont souvent coupés de l’extérieur. « Alors, les membres quittent la communauté pour se sédentariser dans les villes. Certains partent même s’installer dans la Turquie voisine à la recherche d’une vie meilleure. Les villages se vident. Les traditions et la culture nomades disparaissent », déplore Natela Grigalashvili.


Cette image fait partie du projet au long cours « Finals Days of Georgian Nomads » (« Les derniers jours des nomades géorgiens »).


Camille Drouet


Le travail de la photographe Natela Grigalashvili est à découvrir sur son site Internet et son compte Instagram.

barre

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager
En librairie

6MOIS N°18 - AUTOMNE 2019

Avec nous le déluge

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie