25 juillet 2016

Lettre ouverte à Niki Boon

6Mois a publié l’album de famille d’Alain Laboile dans son numéro 4, en 2012. Le photographe bordelais a depuis continué à photographier ses enfants. Il publie aujourd’hui sur notre site une lettre ouverte adressée à une photographe néozélandaise, Niki Boon, dont il estime qu’elle plagie son travail. Nous avons ensuite donné la parole à Niki Boon.



English version here


Lettre ouverte à Niki Boon


Ce n’est pas de gaieté de cœur que j’en viens à rédiger cette lettre. Cet acte émane en effet d’une véritable souffrance que mes proches et moi endurons de votre fait.


Comme vous le savez déjà certainement, c’est en 2006 que j’ai démarré ma série photographique « La Famille », qui documente au quotidien la vie rurale de ma famille nombreuse. Mes images ont depuis lors été plusieurs fois publiées et exposées mondialement. Mon œuvre, représentée en galeries, fait également partie de la collection permanente du Musée français de la photographie.


J’ai découvert votre travail il y a quelques mois lorsque vous m’avez contacté pour me faire part de l’intérêt que vous portiez à ma photographie. Vous avez ensuite contacté mon épouse pour lui témoigner votre engouement quant à notre mode de vie familial, si voisin du vôtre : une fratrie scolarisée en famille, élevée en plein air, et sans télévision.
J’ai immédiatement perçu la troublante ressemblance entre nos deux œuvres photographiques, mais n’ai pas souhaité consacrer mon énergie à vous faire part de mon malaise naissant.
J’ai pris le parti de vous oublier.


Or depuis quelques semaines, il m’est devenu impossible de faire abstraction de vos photographies : articles web, publications, concours photos… Vous êtres devenue omniprésente dans le paysage photographique et il est devenu difficile d’échapper à cette avalanche, d’autant plus que nous évoluons dans le même réseau photographique.
Confronté malgré moi à vos images, un triste constat s’est imposé : il s’agit d’un plagiat manifeste de l’ensemble de mon œuvre photographique.


L’inspiration est légitime me direz-vous, voire flatteuse. Certes, quand cela se limite à de l’inspiration. Dans votre cas, cela va bien au-delà :


- Images très fortement ressemblantes, alors que les vôtres ont été publiées après les miennes. Voici quelques exemples, certains n’ont pas pu être datés mais l’âge des modèles ne laisse pas place au doute.

JPEG - 103.8 ko
© Alain Laboile. 09.12.2012


JPEG - 80.5 ko
© Niki Boon - 2014


JPEG - 63.3 ko
© Alain Laboile - 16.03.2012


PNG - 139.1 ko
© Niki Boon


JPEG - 61.7 ko
© Alain Laboile - 2014


JPEG - 71.3 ko
© Niki Boon - 2016


JPEG - 250 ko
© Alain Laboile- 13.04.2015


JPEG - 125 ko
© Niki Boon - 26.06.2015


JPEG - 417 ko
© Alain Laboile - 19.07.2010


JPEG - 60 ko
© Niki Boon


- Post-traitement et traitement du noir & blanc très proche
- Similitude du sujet (la vie sauvage des enfants) mais aussi des situations, traitées dans un style identique : les enfants jouant avec la grosse bouée en chambre à air de tracteur, avec la balançoire, le hamac, la brouette, la boue, le jet d’eau, les crânes d’animaux, les petites bêtes...
- Démarche artistique très voisine de la mienne, paraphrasée en partie (comme on peut le voir, en anglais, sur le site de partage de portfolios LensCulture – lensculture.com).


PNG - 396.5 ko
capture d’écran de la présentation d’Alain Laboile sur le site lensculture.com
PNG - 457.7 ko
Capture d’écran de la présentation de Niki Boon sur le site Lensculture.com


Nous ne prétendons pas avoir le monopole ce style de vie, mais alors que vous aviez mille façons de photographier cet univers, vous avez délibérément choisi de reproduire mon style. Vous occultez systématiquement de me citer dans les interviews lorsqu’on on vous interroge sur vos influences. Ce sont les internautes qui s’en chargent.

À ce titre j’en profite pour vous rappeler la définition du plagiat :


« Le plagiat est une faute d’ordre moral, civil ou commercial, qui peut être sanctionnée au pénal, elle consiste à copier un auteur ou accaparer l’œuvre d’un créateur dans le domaine des arts sans le citer ou le dire, ainsi qu’à fortement s’inspirer d’un modèle que l’on omet, délibérément ou par négligence, de désigner. Il est souvent assimilé à un vol immatériel. » (définition wikipedia)


Cette situation est pour moi inacceptable, déloyale et nocive :
- Je me sens bafoué, dépossédé de mon œuvre artistique
- Cela crée une confusion, le public peine à discerner les deux œuvres
- Cela banalise l’œuvre
- Cela nuit à mon élan créatif, je redoute désormais de voir mes œuvres reproduites
- Je suis assailli de références à votre travail : mentions sur Facebook, e-mails, partages d’articles à votre sujet par des personnes qui me mettent en garde, me signalent le plagiat


Vous avez un beau sujet, trouvez votre propre manière de le traiter, vos angles de prises de vue, vos compositions. Utilisez vos propres mots. Créez votre propre style.
Soyez photographe auteur, et non plus l’interprète du travail d’autrui.


À ce jour, cette lettre ne s’inscrit pas dans une démarche de procédure judiciaire. Elle a pour but de rétablir la vérité quant à l’origine de l’œuvre par le biais de laquelle vous vous employez malhonnêtement à conquérir le monde photographique.
Vous étiez une photographe à vocation commerciale, spécialisée dans les reportage familiaux, vous aviez donc la maîtrise de la technique photographique.
En vous appuyant sur mon œuvre photographique, dont vous aviez pertinemment connaissance, vous en avez usurpé le style et copié les images, largement emprunté les termes de la démarche artistique et les avez utilisés pour votre propre compte.

Alain Laboile




Réponse de Niki Boon à Alain Laboile


Je suis désolée de lire cette lettre et d’apprendre que mon travail a pu vous heurter.
Je reconnais les ressemblances que vous pointez mais j’affirme catégoriquement que je n’ai jamais eu l’intention de copier votre travail ou celui de quiconque.


Nos enfants ont la chance de vivre le même style de vie. Nous habitons une ferme, nos enfants sont scolarisés à la maison et je photographie tout cela depuis près de dix ans, même si je n’ai commencé à le partager sur Internet que récemment. Inévitablement, le langage universel de la nature, la boue, l’eau, etc, sont présentes dans nos photos.


J’ai des centaines d’images de mes enfants dans cet univers, des centaines que j’ai désormais partagées sur Facebook, et le fait que vous en ayez trouvé cinq similaires aux vôtres ne me surprend pas, considérant à quel point nos modes de vies sont proches. Est-ce que je les ai copiées ? …. Non. En vérité, parmi les cinq que vous citez, il y en a trois que je découvre seulement maintenant. Toutes mes photos ont une histoire, parce que ce sont d’authentiques clichés de notre mode de vie. Par exemple, la photo avec les feuilles en guise d’oreilles : c’est un jeu que ma fille a appris de son cousin, elle a attrapé ces feuilles et m’a dit, « maman, je suis un lapin » et a remué son nez comme un petit lapin, elle était si excitée. J’ai photographié cela. Ça n’est pas une bonne photo, mais une image qui a du sens à mes yeux parce qu’elle me rappelle la joie de ma fille. Je garde ce souvenir en mémoire malgré les accusations de plagiat intentionnel.


Je m’inspire d’une grande quantité de sources et par une quantité de moyens, et oui, je m’inspire d’artistes. Est-ce que vos photographies m’inspirent ? Oui, comme celles de beaucoup d’autres. Mais ai-je un jour cherché à copier directement votre travail ou celui de quiconque ? Non.


En ce qui concerne la similarité de la post-production de nos images, je ne la vois simplement pas. J’ai demandé l’avis de photographes respectés que j’ai la chance de connaître. Ils m’ont tous répondu qu’au-delà des ressemblances évidentes (des photos d’enfants en noir et blanc), mon approche photographique diffère en quantité de points de la vôtre. Ils m’ont encouragée à ignorer le peu de gens qui ne verraient pas la différence entre mon travail et le vôtre.


Concernant ma note d’intention artistique, la phrase que vous avez soulignée… est remarquablement similaire à la vôtre, mais vous aurez probablement noté que les quelques autres paragraphes sont différents. Pour écrire cette note, j’ai reçu l’aide d’un écrivain formidable, parce que je savais ce que je voulais dire mais j’avais du mal à l’exprimer.


Alain, vous êtes un photographe mondialement connu, publié, représenté en galerie, votre reconnaissance est méritée. Je n’ai jamais eu l’intention de vous ennuyer, vous ou personne d’autre, avec mes images et mes mots. J’aurais été heureuse de retirer les images et les phrases, vous n’aviez qu’à me le demander.


Je ne suis pas un maître de la photographie, je peux difficilement me dire photographe professionnel alors que je tire la plupart de mes images de la vie de ma famille et de mes amis. J’ai essayé de vous contacter plusieurs fois parce que j’admire votre travail mais aussi parce que je reconnais les similarités de nos modes de vie. C’est dommage que vous ayez choisi de ne pas répondre. Ne pouvions-nous simplement pas en parler ?


Mon travail n’a été partagé que pour des raisons suscité que des réactions positives et je suis déçue de voir qu’il a été est reçu de cette manière. Mais je dois être très claire : j’affirme à 100% avoir été intègre dans mon travail.


Niki Boon


Plus d’images d’Alain Laboile : http://www.laboile.com/
Plus d’images de Niki Boon : http://www.nikiboonphotos.com/

Click here to read the english version : http://www.6mois.fr/Open-Letter-to-Niki-Boon



Trait de s?paration
Trait de s?paration
Trait de s?paration

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager
Commentaires Comments
  • Quand je lis certains commentaires ici , les bras m’en tombent, dans le pays des droits d’auteurs, certains photographes cautionnent un tel plagiat ! Niki BOON dit qu’elle connaissait parfaitement l’œuvre de Alain LABOILE et connaissant ne serait ce que les 5 photos ci dessus, elle n’aurait jamais dus, si elle avait la moindre parcelle d’ordre moral, les publier sachant quelles étaient la copie conforme de celles d’Alain.
    Mais je vois qu’aujourd’hui, comme dans d’autres médiums comme la télé, la vidéo, et internet, dans la photo, les gens sont devenus sans foi ni lois, sans honneur, sans amour propre et ne sont en fait pas de véritable artiste...
    il est clair qu’aillant découvert le mode de vie d’Alan LABOILE proche du sien au travers de ces images, elle est voulue exploiter le filon financier en passant de la photographie de mariage a un travail de fond sur la vie de famille au milieu de la nature !
    Je soutient Alain LABOILE et ceux qui mettent en doute sa légitimité, méprisent la photographie et l’Art.

    Alain GIRAUD Marseille France 18 octobre 2016 00:05
    Trait de séparation
  • Effectivement les 5 photos sont d’une réel ressemblance. Je suis aller sur le site de chacun et franchement à part ces 5 photos il n’y a que le sujet "les enfants" ou il y a une ressemblance.
    Alors moi ça m’ennui car j’ai le même sujet depuis la naissance de mes enfants avec ce genre de noir et blanc que j’affectionne. Bon je n’ai pas copié ni même inspiré puisque les deux je ne les connaissait pas, mais je vais regardé mes archives récentes , il se peux que je soit concerné et là je me marre. En plus je ne vois pas Mme Boon cherché sur le net du fait de son eloignement de notre pays des photos de ce Laboile.

    Guy Larra 25 septembre 2016 17:27
    Trait de séparation
  • Bonjour à tous,
    Je pense qu’il s’agit d’un faux procès à l’encontre de...Alain Laboile ! Eh oui, que vous défendiez le travail de Niki Boon, je peux le comprendre. Mais on est pas là pour juger du fond mais plutôt de la forme. Je m’explique. Je suis photographe et je suis musicien aussi, alors concernant la créativité dans les compositions, je connais un peu (35 ans de guitare, j’ai commencé à 10 ans, et à peu près 25 de photographie). Je connais très bien ce qui est de l’ordre de l’inspiration avec influence (d’un autre artiste par exemple) ou de l’ordre de la créativité sans influence. On peut donc différencier ce qui vient de soi ou ce qui vient d’ailleurs.
    Ce qui vient de soi invente, innove, dépasse, crée tout simplement. Ce qui vient d’ailleurs, un style que l’on connait, que l’on a vu, dont on s’inspire parce qu’on aime (ce qui est le cas de Niki pour Alain !), ne sera au mieux que l’idée de faire la même chose qu’un autre ! Ce que l’on pourrait donc reprocher à Niki, c’est un certain manque de personnalité à vouloir faire comme Alain qu’elle admire pour son style. Et c’est justement là que cela devient intéressant. Si Niki se contente de reproduire les mêmes photos pour elle et ses proches, tout va bien. Mais elle décide de les rendre publiques pour se faire remarquer et connaître. Dans une certaine mesure, elle en attend un retour, voire le succès et la reconnaissance (sinon pourquoi afficher ses photos partout ?). Donc lorsque vous parlez d’orgueil pour monsieur Laboile, vous devriez vous intéresser aux intentions égotiques de Niki ! Orgueil d’autant plus flagrant qu’en tant "qu’auteur" très inspiré, elle pourrait citer ses sources (elle ne le fait probablement pas, son public la découvrant pourrait penser qu’effectivement elle a copié un style). Finalement, on pourrait débattre de ce qui semble être du plagiat ou pas, en l’occurrence Niki arrive après Alain et je préférais toujours l’initiateur que le suiveur. Quand aux soi-disant inspirations de monsieur Laboile, pour répondre à certains, son style n’a rien à voir avec avec Larry Towell (photo plus axée ethnologique et journalistique) , ni avec Jock Sturges (qui fait plus dans le nu !), il ne faut pas tout mélanger.Je ne chercherais donc pas le niveau d’inspiration Alain Laboile puisque ce n’est pas le débat ici. On est pas en cour de récréation à dire "toi tu l’a fait, alors moi je le fais na !"Parce que dans l’absolu, Niki Boon est à l’origine de ses propres maux (on est responsables de ce qu’on fait), ayant pris le risque qu’elle savait, qu’on la prenne pour une copieuse ! Concernant le fait qu’il s’agisse d’intérêts financiers que défends Alain, pourquoi certains semblent se voiler la face ? N’est-il pas normal de défendre le travail qui nous fait vivre ? Vous travaillez gratuitement peut-être ? Et si vous ouvriez un commerce dans une rue et que quelqu’un vienne s’installer à côté pour vendre la même chose , feriez vous moins de démagogie ? Le problème est exactement là ! Niki n’a pas fait que plagier quelques photos. Elle à voulu mettre en avant son style de vie comme Alain, elle à utilisée les mêmes transformations, repris les mêmes sujets, les mêmes mises en scène ! Elle sait très bien que cela pose un problème moral d’arriver après et de proposer la même chose qu’un autre artiste, en tout cas moi, par honnêteté morale, je ne le ferais pas, je ne me sentirais pas à l’aise avec ça, mais apparemment ça ne gène pas certains, question de talent et de hauteur morale peut-être !?

    Tony M. 22 septembre 2016 11:48
    Trait de séparation
  • Oui il y a des ressemblances et alors ? Moi-même je photographie beaucoup de festivals de musique ou des photos prises en rue et, visionnant énormément de sites internet de photographies, j’ai parfois constaté que certaines de mes photos avaient une ressemblance avec celles prises par d’autres photographes. Dans le cas présent, je ne suis pas étonné qu’on puisse, parmi des centaines de photos, en trouver quatre ou cinq qui présentent une similitude, d’autant plus que ces deux photographes évoluent dans le même environnement, la vie campagnarde, et ont les mêmes sujets, leurs enfants. Ces derniers ayant souvent, partout dans le monde, les mêmes attitudes et choix dans leurs jeux. De plus, le traitement en noir et blanc peut favoriser les similitudes.

    Enfin, je n’apprécie pas l’aspect égoïste qui ressort de la lettre de Monsieur Alain Laboile, ce qui m’ôte l’envie d’aller voir ses photos.

    Pierre Mestdagh 17 septembre 2016 21:24
    Trait de séparation
  • Estoy totalmente deacuerdo contigo, Rebecca, y tengo que decir que muchos, como Alain y Niki, deseamos el tipo de vida que llevan, pero estamos en camino de llegar a ello. Muchos, nos sentimos atraídos por el blanco y negro y por documentar el dia a dia en libertad de nuestros hijos. Quiere decir esto que si algún día, por fín, me voy a la montaña, con mis actuales 3 hijos, obviamente ellos harán cosas parecidas, obviamente yo querré dejarlo grabado en mis imagenes, seré un plagio de ellos ? Creo que hay tendencias, hay intereses en común, y así como los artistas se reagrupan en conceptos, como los impresionistas, los fauvistas, los dadas, etc. hay un hilo conductor, con la mirada y sesibilidad de cada uno.
    lo siento, porque para mi, esto, me hace sentir que todas esas imagenes de una familia que optó por la libertad, no es más que una mentira, es un tema que hace ganar dinero y hay que conservarlo. Niki boon, siento en tí mucho más verdad.
    lástima...

    m 21 août 2016 20:24
    Trait de séparation
  • I am uniquely suited to contribute a commentary here because I have been intimately involved with both of these artists for the past several years. I will in fact go so far as to say that absent my very considerable help in printing a portfolio to help him raise money and even including one of my own images in it to help it sell, doing all his exhibition printing at cost for several years etc. and introducing him to important collectors and one of his publishers, just to name only a few of the many things I have done for Alain, he would have had no career without my help. In fact I admire his work profoundly. BUT, I am deeply disappointed in how he has acted in posting this letter and attacking Niki Boon with whom I also work. He could and should have contacted her directly or, at the very least, me to try and resolve these issues. I am so disheartened and disappointed by his ego-heavy, bullying behavior that I now withdraw my support from his work absolutely and will use what influence I have in the art world to blunt his misguided cudgel. Niki’s work is wonderful and she is no sort of thief what-so-ever. I know both her and her husband and their children well enough to say this categorically without the least hesitation. Generally speaking I am a good judge of character. My degree in psychology augmented by fifty years of ardent attention to the human animal allows my a fair bit of confidence in my appreciations of Niki B. I have to admit though that my failure to anticipate Alain’s protracted and destructive distemper shakes my faith a more than a little. So disappointing.

    I tried to reach Alain to discuss and defuse this situation but he steadfastly refuses to take or return my calls and has not as well replied to the very long letter I wrote entreating him to take a more useful and constructive tact. Clearly I have been thrown right out of his good regard. There is so little sense in this because in fact I have many decades more experience in the art world than he does and happen to know rather a lot more than he does about such things. But beyond that I would hope that he would realize that I am sacrificing our exceptional long and rich friendship because I know for a certain fact that he is dead and cruelly wrong in how he is going about what he is doing here. In his fit of irrational pique and self righteous sense of magical entitlement, he wishes for nothing less than to destroy Niki Boon and her work. The irony is that his work is so amazing that it needs no such defense at all but that in doing what he is doing he may ultimately end up destroying it himself. This event is thus tragic for both him and Niki. Merde.

    Jock Sturges 8 août 2016 02:26
    Trait de séparation
  • Je suis un peu étonnée de lire ces commentaires parlant d’ego et méprisant de fait l’idée même du plagiat... Les ressemblances sont criantes entre les clichés et les traitements de Mr Laboile et Niki Moon. Si ceux de cette dernière ont bien été pris ultérieurement à ceux d’Alain Laboile, alors c’est effectivement du plagiat, c’est effectivement une atteinte à l’auteur.
    "que chacun fasse les photos qu’il veut !"... oui.. mais si elles sont portées par la création et non l’appropriation.
    C’est une ici une revendication complexe, qui suscite une affirmation de la propriété sur de l’image qui peut sembler appartenir à tous. Mais non.. C’est bien là le combat des artistes, que cela soit celui de Laboile ou de bien d’autres avant lui..
    Il ne prétend d’ailleurs jamais détenir le genre de la photo familiale, ni d’être le seul porteur de celui ci. Il demande seulement à la photographe, dont le succès croît, de rendre compte publiquement de ses inspirations dont il fait indéniablement partie !
    J’espère que la famille Laboile trouvera le soutient dont elle va avoir besoin dans cette bataille.

    AliceT 5 août 2016 10:34
    Trait de séparation
  • J’emploierai le même ton dubitatif et un peu gêné des commentaires précédents et de certains autres sur FB.
    Les exemples fournis ici par M. Laboile semblent être édifiants mais pour avoir moi-même acheté ses livres et admiré ses publications j’ai souvent trouvé que certaines de vos images me sembent très très fortement inspirées d’autres photographes très connus tels que Sally Mann, Margaret M. De Lange, Jock Sturges, Larry Towell ... pour autant je n’ai jamais pensé au plagiat, parce que moi-aussi en tant qu’amateur, j’ai trouvé des photos tout à fait ressemblantes de mes enfants dans mes archives !!
    La polémique risque d’enfler au détriment de son instigateur, car la différence principale entre Alain Laboile et Niki Boon c’est que le premier est un professionnel en tire depuis quelques années une source de revenus importante et en fait la promotion intensive partout dans le monde (avec l’aide des enfants parfois) : vente de tirages, publications de livres etc.

    Alex 27 juillet 2016 11:40
    Trait de séparation
  • si si, l’un comme l’autre valent le détour !
    Bon si c’est pour le faire le buzz, c’est une idée
    mais autrement...

    Archive 1.17 27 juillet 2016 01:26
    Trait de séparation
  • Hum... photographier des enfants en noir et blanc... concept partagé par quelques millions de pères et mères de famille photographes du dimanche (ou de tous les jours).

    Excusez-moi M. Laboile, mais je n’y vois pas de plagiat !

    Ensuite, le talent de chaque photographe -et le vôtre est très grand, vos photos sont très belles- fait vraiment l’originalité et la qualité d’une série, voire d’une famille de séries comme la vôtre.

    Celles de Niki Boon sont très belles aussi : je me réjouis de voir autant de photos magnifiques, d’un haut niveau artistiques, de la vie d’enfants à la campagne, de comparer styles et idées, pourquoi pas modestement avec les miennes (qui restent confinées dans mon ordinateur), mais de grâce M. Laboile : que chacun fasse les photos qu’il veut !

    Doisneau, ou plutôt ses ayant droits, se plaignent-ils de ceux qui photographient Paris et les Parisiens en noir et blanc ?

    Très respectueusement, et avec une grande admiration pour vos travaux.

    Damien 26 juillet 2016 23:40
    Trait de séparation
  • Part 3
    what is distubing you ? That she got viral ? That her pictures are all around ? Ego and jelousy. Bad way to defend your work. When you have a problem like this you talk in private with the photographer and try to find a solution in private not like this, and trying to get her name down in public cause she is becoming famous and doing an amazing job ? Honor, respect and dont hurt. And you are not doing any of those. I hope and i wish you find peace of mind and not feel like somebody is taking your place in the photography world. Just see how you inspire other people and be happy for that, accept that those persons sometimes are even better than you. Leave your ego out side of your heart and please dont insult people in public like this, for me, your pictures will never be the same after seeing how you act. Find some love, focus on your work and your family, take new pictures and live your life, let the new blood grow and dont feel fear... they will be better than us and its ok. Live with it.

    Becca 26 juillet 2016 22:16
    Trait de séparation
  • Part 2
    Any of us are the owner of any type of photography. Im sure if i go to your house i will do similar pictures you do, as Niki does with her kids with a similar way of life than you have. Both have a documentary aproach to photography and its normal they look similar. Will be not easy just to talk to her, and see why the similarity of those 4 pictures ? Dont you think she will just put them down when she noticed they were inspired by yours ? But, Mr Alain, the Ego...

    Becca 26 juillet 2016 22:15
    Trait de séparation
  • Part 1
    Dear Alain ! I have been following your work for a long time and i always loved your pictures, but after this letter i will not look at them in the same way. I dont like the way the artist of this pictures is acting ! Are you saying that Niki tried to contact you a few times and you never talked back to her, and now from nowhere without talking to her you make this letter public ? I think you have a really ego problem.

    Becca 26 juillet 2016 22:12
    Trait de séparation
  • Que d’Ego, que d’Ego dans tout ça...!
    Appuyez sur vos déclencheurs, partagez , vivez et arrêtez de pleurnicher.
    L’Histoire de la création artistique est remplie de "copistes" devenus célèbres de par la réinterprétation de l’oeuvre des maîtres.
    Là, point de "maîtres", juste des photographes, de leur propre famille qui plus est !
    Quel dommage d’estomper son talent par tant de "Je" et de "Moi" et de "mienne" etc...!
    Ça ne donne pas envie de connaitre votre, vos œuvres(s)
    Au revoir

    26 juillet 2016 17:52
    Trait de séparation
Ecrire un commentaire


En librairie

6MOIS N°14 - AUTOMNE 2017

L’AUTRE JAPON


Enquête FEMMES DE YAKUZAS

Photobiographie ARETHA FRANKLIN

Portfolio GUETTEURS DE CLIMAT

14 mars 2018

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie