2 mars 2020

Terre, terre !

Luca Locatelli

< >

Un chercheur consulte la bibliothèque d’échantillons de sols de l’université de Wageningen, aux Pays-Bas. Cette collection de terres provenant du monde entier constitue une base d’étude pour les scientifiques de ce centre de recherche agricole high-tech, dont 60% des thésards sont étrangers. Elle relève presque de l’anachronisme dans cet institut qui prévoit l’avenir de l’agriculture en grande partie… hors-sol. Hydroponie, aquaponie, cultures ultra-mécanisées : le photographe Luca Locatelli s’est intéressé à ces techniques qui ont essaimé dans la majorité des fermes des Pays-Bas.



Des salades s’étendent à perte de vue, se déplaçant lentement pendant leur croissance jusqu’à leur lieu d’ensachement ; des tomates poussent à la lumière rose de lampes LED ; un moteur à pétrole démesuré apporte le CO2 nécessaire au développement des plants. Les scènes capturées par Luca Locatelli évoquent un film d’anticipation. Pour le photographe, on est proche de la dystopie : « Nous avons détruit la planète. En 2050 nous serons 3 milliards de plus : il faudra nourrir tout ce monde. Selon les chercheurs de Wageningen, ce modèle ultra technologique d’agriculture sera le seul possible. Il n’est ni beau, ni naturel. » Mais productif, avec une rentabilité dix fois plus élevée qu’en agriculture traditionnelle, affirment ses promoteurs.


En suivant ce modèle, on n’économise pas que la terre. Moins d’eau, moins de pesticides. Moins de main d’œuvre aussi. L’agriculture robotisée évince les humains. Bientôt ils ne seront présents que pour la récolte et la maintenance électronique. Cher à mettre en place, il bénéficie surtout aux groupes agro-industriels mondiaux. « C’est un processus industriel comme un autre », résume le photographe. Rentable, mais peu soucieux de la qualité nutritionnelle. Et le goût ? De l’aveu même de l’Italien, sur le plan de la saveur, les tomates ne sont pas « comparables à celles qui poussent au pied des volcans de Sicile ». Comme un appel des papilles au retour à la terre.



Le reportage « Le futur sera verre » est à retrouver en intégralité dans notre numéro 18 « Avec nous le déluge », toujours en librairie.


Pour découvrir le travail de Luca Locatelli, rendez-vous sur son compte Instagram.

barre

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager
En librairie

6MOIS N°19 - PRINTEMPS/ÉTÉ 2020

Brésil, le vertige

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie