26 janvier 2017

Les dessous de l’image

Une communauté patriarcale

Jeremias Gonzalez



« La première fois que j’ai vu des Mennonites, c’était dans la province de Santiago del Estero, au nord de l’Argentine, mon pays natal. Cette communauté protestante issue de la réforme a fui les persécutions et s’est dispersée un peu partout à travers le monde au fil des siècles. Les Mennonites prônent un mode de vie strict, rural et fermé à la modernité. Ils ne boivent pas d’alcool et lisent uniquement la Bible. Curieux, j’ai décidé de les rencontrer.


Dès mon premier séjour, en 2012, j’ai été bien accueilli. Mais je n’ai pas eu le droit de les photographier. Les Mennonites sont hostiles aux nouvelles technologies. Ils ont finalement accepté au bout de deux ans, trois séjours sur place et trois semaines de discussion en comité.


J’ai passé mon séjour à photographier leur vie quotidienne, leurs travaux, leurs familles… La plupart des Mennonites sont agriculteurs, forgerons, charpentiers, producteurs de fromage... cette photo est typique de leur mode de vie. On y voit Raquel, une jeune épouse, s’occuper de la traite des vaches. Une partie du lait sera vendue à la coopérative de la communauté. Cette photo m’interpelle aussi parce qu’elle parle du statut des femmes dans la communauté, très patriarcale. Les épouses doivent se consacrer à leurs familles, aux tâches ménagères et à l’Eglise, dans laquelle elles n’ont aucune responsabilité. Pour elles, rien n’a changé depuis deux ou trois cents ans… »


Propos recueillis par Benjamin Widmann



Trait de s?paration
Trait de s?paration
Trait de s?paration

Version imprimable de cet article Version imprimable
Partager


En librairie

N°13 - PRINTEMPS 2017

DES BÊTES ET DES HOMMES


Enquête LE BUSINESS DE LA FOURRURE

Photobiographie ERDOGAN LE SULTAN

Portfolio L’APPEL DE LA VOLGA

Septembre 2017

trait de séparation

Les coulisses d'une photo, racontées par son auteur

Reportages, enquêtes, coups de coeur de la rédaction

Au micro de 6Mois, des lecteurs réagissent à une histoire publiée dans la revue

Chaque mois, le libraire Marc Pussemier conseille un livre de photographie